QCM n° 1447 vu le 21-10-2021 (16:04).

Thème 5 - Le fonctionnement du système immunitaire humain


Lors d’une infection, une réponse immunitaire innée se met très rapidement en place et grâce à la phagocytose permet de détruire des agents infectieux. En quelques jours, une autre réaction immunitaire débute : elle est qualifiée de réponse immunitaire adaptative (RIA), car elle fait intervenir des cellules et des molécules très spécifiques et donc adaptées aux agents infectieux reconnus. Elle se caractérise donc par des mécanismes très spécifiques de détection et d’élimination des agents infectieux, de cellules anormales ou étrangères, mécanismes complémentaires de la réponse immunitaire innée.





Question 1 : (1 point)
Pasteur fut le premier à pouvoir maintenir en culture les bactéries du choléra des poules. Pour cela, il a choisi un milieu de culture adéquat et il repiquait régulièrement les bactéries, c'est-à-dire qu'il prenait une petite partie de sa culture pour la remettre dans un milieu frais. Lorsqu'il parti en vacances, il confia cette tâche à un proche, mais celui-ci oublia de s'occuper des cultures de Pasteur. Ainsi, à son retour, Pasteur découvrit ses cultures vieillies et décida d'en injecter à des poules. Ces poules ne furent pas malades. Elles résistèrent même à une injection de culture jeune qui tuait toutes les autres poules.
Choisir les affirmations qui expliquent les résultats de Pasteur.

Le vieillissement des cultures a permis une multiplication intense des bactéries ce qui a entraîné la résistance des poules aux deux types d'injection.

La production de lymphocytes B mémoires suite à l'injection de culture vieillie a permis une production plus importante d'anticorps dès le premier contact.

L'injection de culture vieillie a vacciné les poules qui furent alors protégées lors du contact avec la culture jeune.

L'injection de culture n'a pas permis aux poules de produire des cellules mémoires.

Je ne sais pas.


Question 2 : (1 point)
Lors d'une transfusion sanguine, on ne peut pas donner du sang de n'importe qui à n'importe qui sans risquer un grave accident.
Les hématies peuvent posséder à leur surface deux types d'antigènes (antigène A ou antigène B), ce qui distingue les 4 groupes sanguins. Dans le sang se trouvent naturellement certains anticorps anti-A ou anti-B. On trouve dans le sang d'une personne les anticorps spécifiques de l'antigène qu'elle ne possède pas (voir tableau ci-dessous).
Si les anticorps anti-A rencontrent l'antigène A, ils vont se fixer dessus et provoquer l'agglutination des hématies, ce qui peut provoquer l'apparition de caillots de sang susceptibles de boucher, totalement ou en partie, les vaisseaux sanguins; il ne faut donc pas qu'une transfusion aboutisse à ce résultat. Lors de la transfusion, seules les hématies du donneur sont transfusées.

Tableau récapitulant les anticorps et les antigènes

Groupe A

Groupe B

Groupe AB

Groupe O

 

Antigène A

Antigène B

Antigène A et Antigène B

Pas d'antigène A ni d'antigène B

Anticorps anti-B

Anticorps anti-A

Pas d'anticorps anti-A ni anti-B

Anticorps anti-A et anti-B

 

On peut dire que le groupe B est donneur universel.

On peut dire que le groupe AB est donneur universel (peut donner du sang à tout le monde).

On peut transfuser du sang d'une personne du groupe O vers une personne du groupe B.

On peut transfuser du sang d'une personne du groupe A vers une personne du groupe B.

Je ne sais pas.


Question 3 : (1 point)
Trouvez les interprétations correctes des résultats observés:

La couleur rose concentrée est formée par ceci :

La présence d'antigènes et d'anticorps provoque une agglutination de l'ensemble des antigènes présents, ce qui forme d'immenses complexes visibles à l'oeil nu.

La couleur rose concentrée est formée par ceci :

La présence des seuls antigènes ne provoque pas d'agglutination.

Je ne sais pas.


Question 4 : (1 point)
Après avoir analysé les 4 expériences réalisées sur des lapins (image ci-dessus), choisir la seule interprétation fausse
Rappel: le sérum contient des anticorps.

L'expérience 2 montre que la toxine tétanique est mortelle chez le lapin.

L'expérience 3 montre que le sérum du lapin A peut protéger d'autres lapins de diverses maladies.

L'expérience 3 montre que le sérum d'un lapin A à qui on a préalablement injecté de l'anatoxine tétanique protège un lapin C de la toxine tétanique.

L'expérience 4 montre que le sérum d'un lapin A à qui on a préalablement injecté de l'anatoxine tétanique ne protège pas de la diphtérie, ce qui signifie que les anticorps sont spécifiques d'un antigène donné.

Je ne sais pas.