QCM n° 69 vu le 25-02-2020 (04:56).

Thème 3B - NEURONE ET FIBRE MUSCULAIRE : LA COMMUNICATION NERVEUSE


Expériences de Sir Sherrington : comprendre ce qu’est un réflexe myotatique.





Question 1 : (1 point)
En inclinant vers le bas la planche sur laquelle l’animal décérébré est allongé, Sherrington :

met en évidence qu’un réflexe myotatique nécessite l’intervention du cerveau.

montre que la commande volontaire permet à un muscle de réagir à son propre étirement.

met en évidence qu’un réflexe myotatique se réalise indépendamment de l’intervention d’un centre nerveux.

met en évidence qu’un muscle réagit de façon involontaire à son étirement.

Je ne sais pas.


Question 2 : (1 point)
L’électroneurogramme (tracé 1) montre que lors de l’étirement du muscle :

l’amplitude des potentiels d’action augmente.

la fréquence et l’amplitude des potentiels d’action augmentent puis diminuent.

la fréquence des potentiels d’action augmente.

la fréquence et l’amplitude des potentiels d’action augmentent.

Je ne sais pas.


Question 3 : (1 point)
Lorsque Sherrington incline vers le bas la planche sur laquelle l’animal est allongé, la réponse musculaire de la patte du chat montre que le muscle extenseur

se relâche puis se contracte.

se relâche.

ni ne se relâche ni ne se contracte.

se contracte.

Je ne sais pas.


Question 4 : (1 point)
Ainsi lorsque Sherrington incline vers le bas la planche sur laquelle l’animal est allongé, l’électroneurogramme permet de montrer que :

l’amplitude des potentiels d’action permet de coder le message nerveux sensoriel.

la fréquence des potentiels d’action permet de coder le message nerveux sensoriel.

l’amplitude des potentiels d’action permet de coder le messager nerveux moteur.

la fréquence des potentiels d’action permet de coder le message nerveux moteur.

Je ne sais pas.